Notre histoire


TRAN, une aventure familiale

Pheng, Dominique, Julien et Jimmy. Le père, la mère, l’aîné et le benjamin. Chez les TRAN, tout le monde est investi dans la petite entreprise familiale. Au premier revient la technique. À la deuxième, la cuisine. Au troisième, les finances. Et au quatrième, le marketing. Une complémentarité qui fait leur force. Ensemble, avec leurs équipes, ils œuvrent afin de vous offrir chaque jour, des mets toujours aussi frais, authentiques et savoureux ; des plats confectionnés avec amour, c’est sans doute là que réside le secret de fabrication des TRAN. Ce n’est donc pas un hasard si aller chez TRAN c’est comme aller chez les TRAN.


TRAN, des valeurs forgées par une histoire hors du commun

L’histoire aurait pu tourner court lorsque le 17 Avril 1975, Pheng (alors seulement âgé de 11 ans) et sa famille, sont contraints de quitter Pnomh Phenh suite à l’arrivée des Khmers Rouge : « En moins de 48h, ils ont vidé la capitale de ses habitants. Sans rien comprendre à ce qui se passait, toute ma famille s’est retrouvée dans un camp de travail ». Pheng T. Après quelques années de travail forcé, la famille parvient à rejoindre le Vietnam puis Singapour avant d’arriver en France où ils comptent quelques proches. Sans un sou en poche, et, ne sachant pas parler un mot de français, la famille travaille chaque jour à re-construire une nouvelle vie ; convaincus qu’en étant soudés tout est toujours possible (on est comme ça chez les TRAN, question de principe). Pheng entreprend rapidement des études d’hôtellerie pour ouvrir dans les années 1990 (toujours avec le soutien familial), son premier restaurant au sein du tout nouveau centre commercial Toison d’Or à Dijon ; une ville dont il est tombé sous le charme après avoir succombé à celui de Dominique, son épouse, rencontré en Bretagne.


TRAN, la force d’une union franco-asiatique

L’intégration de Dominique dans la famille se fait aussi facilement que celle de Pheng dans la république française à tel point que Kim Loan, la grand-mère, lui transmet secrets de fabrique et recettes familiales.
Fière d’être ainsi initiée aux traditions de son « clan d’adoption » Dominique se voit ainsi progressivement tenir les cordons de la cuisine, nerf de la guerre de la petite entreprise familiale.
« Nous essayons toujours d’aller chercher le meilleur dans chacune de nos deux cultures, c’est tout le contraire de la facilité ». Dominique T. En cuisine, cette « ligne de conduite » se retranscrit par la volonté insatiable des TRAN de préserver l’authenticité de leurs plats en allant chercher dans des pays d’Asie des matières premières reconnues pour leur qualité gustative (riz au jasmin issu des meilleures cultures de riz de Thaïlande, sauce soja naturellement fermentée de Chine, poivre du Cambodge etc.) tout en s’appuyant sur le savoir-faire français en matière de produits frais (viandes, volailles, etc.).


TRAN, nouvelle génération

Depuis 2011, les deux fils ont rejoint l’entreprise familiale, désireux de faire perdurer un savoir-faire culinaire sans cesse perfectionné depuis ces 30 dernières années. Julien et Jimmy ont tous deux baigné dans l’univers de la restauration depuis leur plus jeune âge. Ils œuvrent à présent à développer l’entreprise familiale en étant fidèles à leurs principes et valeurs fondamentales : responsabilité, rigueur, passion, esprit d’équipe, ouverture d’esprit qui constituent l’ADN de l’enseigne.